Vous êtes ici :

Saint Eloi

> retour

Le défilé de la charrette a évolué au cours des années. C'est ainsi qu'en 1958 sont venues s'y ajouter les Arlésiennes, puis en 1959 les groupes folkloriques et les gardians, en 1981 les charretiers ont revêtu les tee-shirts, en 1982 une fanfare Suisse est venue ouvrir le défilé et continue de le faire aujourd’hui, depuis 1983 une taillole jaune orne la taille des meneurs de chevaux (une soixantaine de chevaux de trait harnachés à la mode sarrasine), enfin en 1983 les épouses des bayles ont été mises à l'honneur et depuis défilent dans une somptueuse calèche au sein du cortège.

Depuis le XVème siècle la charrette de Saint Eloi défile le 1er dimanche de juillet à Châteaurenard. Dans sa décoration rien n’a changé : le blé, culture de nos ancêtres avant l’irrigation de la région en 1876, l’avoine qui servait à la nourriture des chevaux, le buis qui poussait le long des gaudres, le fusain et les troènes qui clôturaient les cours des mas et les chardons cardères.

SAinteloi

Reportage tv: Clic

Arlésienne

Un défilé organisé. Une fanfare ouvre le défilé, puis viennent les gardians, ensuite les divers groupes folkloriques de maintien de la tradition au son des galoubets et tambourins. Les divers attelages défilent, la calèche des « baylesses » et enfin les 70 chevaux de trait tirant la charrette.
Le charretier est vêtu d’une chemise à l’effigie de St Eloi, d’un pantalon bleu de travail et d’une taillole jaune. Le défilé se dirige vers l’église devant laquelle la charrette sera bénie aux sons de la Coupo Santo avant d’aller arpenter les rues de la ville devant des milliers de spectateurs.

Qui est Saint Eloi ? Évêque de Noyon (vers 588-660). Orfèvre et trésorier de Clotaire II, puis de Dagobert Ier, il succéda à St Médard sur le siège de Noyon-Tournai (641). Canonisé et déclaré Saint, il devint le patron des orfèvres et de tous ceux qui utilisaient les métaux, des maréchaux ferrant, des corporations en rapport avec les chevaux et les paysans.

accès